AccueilPortailGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Fabulas Ater - Les Fables Noires

Aller en bas 
AuteurMessage
Ash
Ange Noir
Ange Noir
avatar

Masculin Nombre de messages : 127
Age : 98
Localisation : Dans l'abîme du temps
Humeur : mad
Date d'inscription : 14/04/2008

MessageSujet: Fabulas Ater - Les Fables Noires   Jeu 17 Avr - 12:11




Fabulas Ater (les Fables Noires en latin) est une nouvelle assez grosse que j'ai commencé, et que je n'ai pas eu le temps de terminé.
Elle se place dans le même univers et histoire que mon CD audio du même nom.
Je ne vous ferai pas un synopsis de l'histoire, vous la lirez par la suite si ça vous enchante ou non.

_________________
J'ai essayé de me suicider en sautant du haut de l'Innocence... et je n'ai pas encore touché le sol...


Dernière édition par Ash le Mar 22 Avr - 1:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ash
Ange Noir
Ange Noir
avatar

Masculin Nombre de messages : 127
Age : 98
Localisation : Dans l'abîme du temps
Humeur : mad
Date d'inscription : 14/04/2008

MessageSujet: Re: Fabulas Ater - Les Fables Noires   Jeu 17 Avr - 12:13

The Doll's Death

La pluie tombe sur nos vies
résonne au loin une triste mélodie
Elle entonne un air pathéthique
La fin d'un délire maléfique

Main étendue sur le sol,
gisant dans son propre sang,
la boite à musique joue toujours
la mélodie d'un amour...
...dont la souffrance est la finalité...

Ils s'étaient rencontrés sous la pluie,
pluie d'été interminée,
leur regards étaient flammes dans la nuit,
Ils s'aimeraient à jamais...

Peine perdue que de croire en l'amour de ses proches,
la poupée chantait cette air de repproche
tel un testament Celeste,
elle s'en irait loin de cette peste...

Il l'enlaçait souvent,
cette triste poupée,
Il lui promettait tout le temps,
qu'avec elle il s'en irait...

Lorsque la boite s'ouvrit,
une poupée triste hochait la tête banalement,
au rythme de la mélodie,
ses yeux nous contemplaient machinalement...

Son regard était profond,
aussi perçant que sa tristesse,
elle faisait de la peine et de l'amour ses compagnons,
lorsque la faucheuse lui apporta la détresse.
...Il était mort son amour...

L'amour plus puissant que la peine,
sentiment étrangement proche de la haine,
c'est ce ressentiment qui l'a rendu inhumaine,
ainsi s'ouvrèrent ses veines...

Il pleut dehors, dans la nuit,
alors que sur sa peau si douce, le sang luit
il s'écoule lentement et tombe à ses pieds
elle contemple ainsi sa destinée...

Le regard vide et inerte,
elle se sent bien, comme dans ses bras.
elle a l'impression qu'il aime encore, certe,
la mélodie la berce dans l'au-delà.

Ainsi meurt la triste poupée,
sa main posée dans son sang,
en écoutant la triste mélodie...
celle de sa pauvre vie.


La pluie tombe sur nos vies,
résonne au loin une triste mélodie
Elle entonne un air de malchance
La fin d'une âme en déchéance...

Main étendue sur le sol,
posée dans la flaque de son propre sang,
la boite à musique continue à jouer seule
la mélodie d'un amour...de son linceuil
...ainsi disparu la triste poupée...

_________________
J'ai essayé de me suicider en sautant du haut de l'Innocence... et je n'ai pas encore touché le sol...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ash
Ange Noir
Ange Noir
avatar

Masculin Nombre de messages : 127
Age : 98
Localisation : Dans l'abîme du temps
Humeur : mad
Date d'inscription : 14/04/2008

MessageSujet: Re: Fabulas Ater - Les Fables Noires   Jeu 17 Avr - 12:16

I/ Là où naît l'Innocence

***



Elle n'a jamais cru aux rêves. Et pourtant elle en faisait beaucoup. D'innombrables étranges rêves qui berçaient
ses nuits les plus tendres comme les plus horribles. A peine elle fermait les yeux qu'un nouveau monde s'ouvrait
à elle, celui de son imagination. Souvent dans ses rêves revenait une mélodie de boite à musique, la même que
celle qui ornait une commode de sa chambre. Dans ses rêves, elle prenait souvent la place de cette belle poupée
qui dansait inlassablement au grès de la triste mélodie.
Elle tomba amoureuse d'un jeune homme de son âge. Il lui avait promis monts et merveilles, et de la sortir de
son horrible cauchemar, sa vie. Elle y croyait dur comme fer, et pleurait souvent dans les bras de son prince
charmant. Sa chambre rouge était sa prison, et lui seul arrivait à l'évader un peu plus que l'absinthe verte qu'elle
prenait pour oublier. Pour s'oublier.
Mais dans ses tourments, lui voulait l'aider, et elle, idiote, s'y refusait. Elle voulait simplement sombrer et disparaître
dans les méandres de l'agonie, un suicide social où les plaies ouvertes laisseraient échapper ses larmes et sa
misanthropie. Lui l'aimait plus que tout, et voulait la sauver.
Dans ses moments sombres, comme habitée par un démon, ou le Mal lui paraît le plus éclatant, elle le repoussa une dernière fois dans les limbes d'Achéron.
Dans sa tristesse et au volant, il n'était plus lui-même.
Une main sombre se posa sur ses épaules, sa voiture n'était plus, et lui aussi il venait de disparaître.

Apprenant cette nouvelle terrible, la jeune Alice cracha sa haine contre son miroir. Elle ne supportait plus
son joli reflet d'assassine, et le brisa de sa main. Elle tenait dans sa main une parcelle de ce qu'elle était,
et l'empoignait ardemment alors que son sang s'écoulait. Elle ne sentait que très peu la douleur, et ses paupières
devenaient lourdes, lourdes comme ses membres qui s'engourdissaient. Elle se sentait bien, comme lorsqu'elle prenait
la route tracée par la fée verte pour rejoindre le pays des merveilles. La nouvelle petite Alice s'engouffrait dans un
sombre terrier, où les cris d'enfants à l'agonie l'accompagnaient dans sa triste descente. Elle toucha le sol,
le Lapin blanc était pendu par les pattes face à elle, les yeux cousus par du fil de verre, et sa montre, brisée,
continuait à battre le rythme du temps.
Aucune fée ni papillon pour venir la sauver, la fumée âcre qui se dégageait du sol l'emportait, et elle s'endormit
dans son rêve.

C'est ici que naquit l'innocence, non pas dans les entrailles de sa génitrice, mais dans son esprit où l'enfant
qu'elle était découvrait la joie et la vie.
C'est ici qu'est née son innocence alors qu'elle criait et hurlait sur les parois du vide son agonie.

_________________
J'ai essayé de me suicider en sautant du haut de l'Innocence... et je n'ai pas encore touché le sol...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ash
Ange Noir
Ange Noir
avatar

Masculin Nombre de messages : 127
Age : 98
Localisation : Dans l'abîme du temps
Humeur : mad
Date d'inscription : 14/04/2008

MessageSujet: Re: Fabulas Ater - Les Fables Noires   Mar 22 Avr - 1:24

II / La Chute


***


Dévoilée à d'étranges vérités, elle contemplait tristement le Lapin Blanc qui de son regard vide la fixait.
Et tombe, tombe, petite poupée, dans le monde si sombre qui t'attends. L'innocence est faite pour voler en éclats.

Des morceaux de verre, miroirs brisés, virevoltent autour d'elle, et elle sombre, sombre, dans ce vide infini. Des lianes noires viennent l'attraper, sorties de nulle part, les épines se plantent en elle, elle saigne, elle pleure, elle hurle. Personne ne l'entend. Ses habits se déchirent. Elle est nue. Si belle, si violente et souffrante. Le châle noir passe au dessus de son âme. Ses pieds touchent le sol. Sol Miroir. Ses doigts le caresse, elle ne se reconnait pas. A peine. Peine. Le miroir se brise. Elle sombre à nouveau.

Elle porte dorénavant une robe noire, noire comme son âme, noire comme son cœur. Un médaillon en forme de pique comme parure, et ses yeux en pleurs en font l'héroïne de ce conte macabre. Une mélodie s'éveille, les murs de chairs s'ouvrent, se rétracte, son cœur arrête de battre, le rythme irrégulier de ses pas commence. “Ainsi commence l'aventure, Alice.”
La tête d'un chat roule à ses pieds, les yeux exorbités sourient de pleine confiance. Elle hurle.
Sa chute est finie.

Ses yeux s'ouvrirent à nouveau, et elle découvre son cœur, dans cette prison de verre. Une serrure. Où est la clef ?
La musique résonne sans cesse, délire machiavélique qui débute seulement.

_________________
J'ai essayé de me suicider en sautant du haut de l'Innocence... et je n'ai pas encore touché le sol...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erutirce
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin Nombre de messages : 105
Age : 101
Localisation : Quelque part entre ici et ailleurs...
Humeur : ^^
Date d'inscription : 14/04/2008

MessageSujet: Re: Fabulas Ater - Les Fables Noires   Mar 22 Avr - 14:34

très noir. trop à mon goût. pas du tout ma tasse de thé... Sad
par contre, rien à redire sur le style, l'orthographe ou l'histoire. C'est vraiment très bien écrit.
on aime ou on aime pas...
bravo Ash. Smile

_________________
€RµTiR©E
Célèbre déesse grecque, créatrice de l'écriture et détentrice des parchemins sacrés... ;p

"Le récit n'est plus l'écriture d'une aventure, mais l'aventure d'une écriture..."[Jean Ricardou]

Retrouver moi ici ---> http://histoire-rocambloguesque.skyrock.com
Ne prenez pas la vie trop au sérieux, de toute façon, vous n'en sortirez pas vivant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazak
Premiers écrits
Premiers écrits
avatar

Masculin Nombre de messages : 60
Age : 27
Localisation : Dans le fin fond de mon oreiller...
Humeur : Joyeuse
Date d'inscription : 14/04/2008

MessageSujet: Re: Fabulas Ater - Les Fables Noires   Mar 22 Avr - 20:10

J'avoue moi aussi que ce ne sont pas els textes les plus joyeux, mais en tout cas on s'arrete pas de lire, c'est très bien écrit !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jaimeleshweppes.skyblog.com
miswrite
Confirmé
Confirmé
avatar

Féminin Nombre de messages : 157
Age : 29
Localisation : Entre un Dieu et un Monde, l'amour me tient en laisse...
Humeur : Americanobelgissime ! :D
Date d'inscription : 18/04/2008

MessageSujet: Re: Fabulas Ater - Les Fables Noires   Jeu 24 Avr - 8:37

J'aime bien le fait que la prose se lit presque comme de la poesie et ton histoire d'Alice au pays des merveilles revisitee est tres interessante.
C'est tres riche en idees et en images. Smile
Peut-etre aurais-tu meme pu renforcer ces images avec plus de descriptions plus lineaires et de metaphores pour faire appel aux sens,
enfin, ce n'est qu'une suggestion.
( En fait, c'est le point le plus important de mon cours de poesie. Selon ma prof, si il n'y a pas d'imagerie c'est d'office mauvais. ^^) Razz

Il n'y a rien de mal a ecrire des pieces sombres, mais je pense que le defi est de ne pas tomber dans le cliche!
Je ne pense pas que tu doives changer cette nouvelle, elle est tres bien realisee, la forme m'est particulierement interessante,
mais un conseil pour plus tard peut-etre, recherche des moyens d'expression qui n'ont pas ete faits et re-faits auparavant.
Les poupees, la scarification, la mort d'un amant, c'est tres cliche gothique etc, Attention /!\ je ne dis pas que c'est mauvais ou de mauvais gout!
Je dis simplement que c'est un peu cliche et je suis sure que tu peux avoir le meme style poignant en utilisant des elements plus originaux... Smile
Enfin, ce n'est qu'un avis! ^^

Waw, j'ai ecrit un roman la !! xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ash
Ange Noir
Ange Noir
avatar

Masculin Nombre de messages : 127
Age : 98
Localisation : Dans l'abîme du temps
Humeur : mad
Date d'inscription : 14/04/2008

MessageSujet: Re: Fabulas Ater - Les Fables Noires   Jeu 24 Avr - 17:02

Citation :
Les poupées, la scarification, la mort d'un amant, c'est tres cliche gothique etc,
Tu n'es pas la première à réagir de la sorte. Le cliché est en fait une décision, je t'explique laquelle : Partir de quelque chose de purement banal, où n'importe qui peut y retrouver une "inspiration" déjà connue, pour ensuite dégrader l'ambiance. J'ai 4/5 chapitres finis là, je ranconne un peu à corriger les fautes d'orthographes et ce genre de trucs, et je fais disparaître des passages qui me sont trop personnels (à la base, je ne comptais faire lire Fabulas Ater en entier, juste me contenter du poème de la petite poupée).

Aussi, rassure-toi, je ne vais pas faire dans le déjà vu, la revisite d'Alice au pays des Merveilles c'est du déjà-vu (Phantasmagoria, le film de Marilyn Manson ; American Mc Gee's Alice, etc.), et je n'aime pas le plagiat.
Même si, je reste un fou furieux amoureux des deux histoires d'Alice de mon Lewis Caroll tourmenté adoré, et je m'inspire beaucoup de certains moments clefs (HUMPTY DUMPTY is on a wall !), et cette fantastique aptitude à reprendre les contines et contes de manière macabre. C'est juste encore une fois, un jeu que je m'amuse à faire avec des clichés pré-établis, une ambiance fade, qui au final se dirige vers une triste finalité. Si je poste, et que tu lis, la suite, j'espère que tu comprendras :p

Pour la poupée par contre, aucune inspiration goth', (Chucky Ftagh') ou autre, juste un macabre rêve qui me hante et a fait naître une musique que Malicia a adoré par le passé :p

Merci de vos commentaires les amis Smile

_________________
J'ai essayé de me suicider en sautant du haut de l'Innocence... et je n'ai pas encore touché le sol...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
miswrite
Confirmé
Confirmé
avatar

Féminin Nombre de messages : 157
Age : 29
Localisation : Entre un Dieu et un Monde, l'amour me tient en laisse...
Humeur : Americanobelgissime ! :D
Date d'inscription : 18/04/2008

MessageSujet: Re: Fabulas Ater - Les Fables Noires   Ven 25 Avr - 1:22

Je dois avouer que ta reprise d'Alice est qd meme originale ^^
J'aime le fait que sa chute est causee pas la mort d'un etre aime, mort un peu a cause d'elle... albino
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fabulas Ater - Les Fables Noires   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fabulas Ater - Les Fables Noires
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Cerises noires, Henri Debluë
» [Solares, Martin] Les minutes noires
» Fables amères [Chabouté]
» [Fossum, Karin] Secondes noires
» clafoutis aux cerises noires à la crème fraiche.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Jeunes Ecrivains :: Les Ecrits :: Nouvelles :: Autre-
Sauter vers: